Cameroun - Parc de Waza - Des animaux plein la vue!



Le 10 mai, nous atteignons enfin le Cameroun !! Changement radicale d’ambiance par rapport au Nigeria ! Ici, les formalités douanières sont cools et en plus nous ne payons pas de visas (c’est une sacré bonne surprise car d’après nos renseignements, nous en avions pour près de 100 euros chacun). D’ailleurs par la suite, il n’y a aucun contrôle policier pour les touristes, ça ne nous était pas arrivé depuis le Burkina ! Ce qui est rigolo, c’est que, de loin, ils nous prennent pour un taxi brousse… Du coup, ils nous arrêtent à chaque fois et nous laissent repartir après quelques salutations d’usage !

Nous fêtons notre arrivée aussi loin, sains et saufs, en nous offrant des boissons fraîches et notre premier ananas africain, un vrai délice ! Tout le monde hallucine sur notre périple !
Après encore 50 km de piste impraticable, nous retrouvons le goudron. Nous nous arrêtons à Waza, petite ville au pied de 2 collines de cailloux granitiques, perdues toutes seules au milieu de la platitude des grandes plaines… C’est un mystère géologique à nos yeux !

Nous décidons de visiter le parc national de Waza, nous dormons donc sur place pour être prêt à l’aube, du coup, nous avons la chance d’échanger quelques mots avec les 2 chercheurs hollandais qui travaillent depuis 6 ans sur la conservation des lions et des rapaces (plus de 45 espèces dans le parc !). Ils nous font part de leurs inquiétudes, la population de lions diminue dramatiquement, ils étaient encore une quarantaine il y a 10 ans, on en compte moins de 20 aujourd’hui. Victimes de leur seul prédateur : l’homme… La gestion inadaptée du parc - devenue déplorable depuis 2 ans, à cause d’un conservateur apparemment corrompu - semble en être la cause !

A 6h du mat’, c’est parti : phacochères, girafes, antilopes, gazelles, chacals, autruches et une multitude d’oiseaux (échassiers en tout genre, rapaces divers et variés…), nous nous en mettent plein la vue ! Quelle splendeur ! Comme nous avons beaucoup de chance, nous approchons même, à quelques mètres, une lionne et ses 3 lionceaux que nous avons dérangés alors qu’ils se reposaient à l’ombre d’un buisson.

On vous laisse découvrir les merveilles du parc de Waza en image… (On se la pète grave grave grave !)


Nigeria - 300 km de galère policière!


Le 10 mai à 6 heures du matin, nous commençons les formalités à la frontière du Nigeria, jusque là tout va bien. Nous appréhendions beaucoup la courte traversée (par Maidiguri) de ce pays réputé comme très instable (en plus le président est mort il y a quelques jours). Nous nous en sommes sortis sains et saufs mais ce fût 300 km de galère policière en anglais ! 12 heures pour traverser et encore, nous n’avons pas accomplis l’intégralité des formalités douanières !

La route est bonne sauf les 50 km de no man’s land autour des frontières (en venant du Niger comme en entrant au Cameroun) que l’on traverse sur une piste très mal tracée à l’entrée et complètement défoncée à la sortie !

Des policiers ou agents de l’immigration, cowboys des temps modernes, nous arrêtent tout au long de la journée. Au départ, nous jouons le jeu et prenons le temps de leur expliquer ce qu’est un touriste… A la fin, nous nous arrêtons à peine pour leur dire que nous n’avons pas le temps de discuter car nous devons arriver au Cameroun avant la nuit !

Tous sont très fiers de leur pays et semblent ignorer la réputation désastreuse du Nigéria ! La corruption atteint des sommets dans ce pays qui, malgré ses ressources pétrolières, ne semble pas plus riche que ses voisins. Beaucoup de policiers nous demandent carrément « ce que nous avons préparés pour eux ». Nous ne donnons, au total, que 2 paquets de dolipranes pour accélérer les procédures, mais certains véhicules passent en tendant une liasse de billets aux agents. Nous assistons également à l’humiliation d’un conducteur (sans doute peu coopérant) contraint par la force à faire des exercices physiques en plein cagnard.

Nous sommes rapidement dégoutés de ce pays et nous n’avons plus qu’un souhait, en sortir le plus vite possible !

Lonore s’engueule même avec 2 policiers lors d’un contrôle où ils veulent nous coller une amende pour défaut de ceinture et savoir si nous avons un extincteur… Elle leur hurle que tout ce qu’ils veulent c’est de l’argent, que c’est comme ça dans tout le pays et qu’ils devraient avoir honte de leurs méthodes… Ils rigolent, nous rendent nos papiers et nous repartons sans payer !

Nous sortons du pays à la tombée de la nuit, le douanier de sortie est un peu moins con que les autres et ne s’offusque pas de l’absence de carnet de douane pour la voiture…

Nous quittons, soulagé, notre premier pays anglophone pour découvrir des camerounais souriants, accueillants et francophones !

Niger - Un détour agréablement surprenant



Le Niger, on ne devait pas y passer mais finalement on ne regrette vraiment pas. Cliquez ici pour les détails ou Download (508K).

Burkina - Les joies de la mécanique


Notre traversée du Burkina fût malheureusement brève mais ponctuée de petits soucis mécaniques... Pour toute l'histoire cliquez ici ou Download (212K))

Mali: De l'office du Niger au Pays Dogon



La dernière étape au Mali, nous la mettons en ligne un peu en retard... désolé! Nous avons fait le détour par la plaine rizicole du fleuve Niger et par l'incontournable pays Dogon, extra-touristique! On vous laisse découvrir tout ça en image et en texte (cliquez ici ou Download (171K))